Sur cette page

Gurwinderjit Singh

L’Ordre accuse l’Infirmier de faute professionnelle pour les raisons suivantes : il a affiché une conduite ou posé un acte influant sur son aptitude à exercer la profession, qui eu égard à toutes les circonstances, seraient raisonnablement jugés honteux, déshonorant ou peu professionnels par les membres de la profession, car l’Infirmier n’a pas achevé le programme de formation continue ou de réadaptation spécifiée mandaté par le Comité des enquêtes, des plaintes et des rapports (CEPR).

L’Infirmier ne s’est pas présenté à l’audience et a été reconnu coupable de la faute professionnelle susmentionnée, laquelle serait raisonnablement jugée déshonorante et peu professionnelle par les membres de la profession. La conduite de l’Infirmier fait état de son manque de professionnalisme et de son refus d’être régi par l’Ordre.

L’absence d’antécédents disciplinaires de l’Infirmier auprès de l’Ordre constitue un facteur atténuant, tandis que le non-respect de l’Infirmier de la décision du CEPR, malgré les nombreuses possibilités dont il disposait de le faire, est un facteur aggravant.

Le jury a ordonné une réprimande verbale, une suspension de quatre mois et une imposition de limites et conditions au certificat d’inscription de l’Infirmier, notamment l’obligation pour l’Infirmier d’assister à deux rencontres avec une experte en soins infirmiers.

Page mise à jour le 28 septembre, 2010