Sur cette page

Sandra Jean Jones - 6910806

L’Ordre accuse l’Infirmière de faute professionnelle pour les raisons suivantes : elle a fait preuve d’incompétence et a été reconnue coupable de faute médicale lorsqu’elle a divulgué des renseignements la concernant à une cliente* pendant qu’elle entretenait une relation thérapeutique avec la cliente; elle a transgressé les limites de la relation thérapeutique lorsqu’elle a entretenu une relation personnelle, sexuelle et financière avec la cliente; et elle a demandé à la cliente de dissimuler la nature de leur relation personnelle. L’Ordre accuse également l’Infirmière d’avoir affiché une conduite ou posé un geste influant sur son aptitude à exercer la profession, lesquels eu égard à toutes les circonstances, seraient raisonnablement jugés honteux, déshonorants ou peu professionnels par les membres de la profession. 

 L’Infirmière ne s’est pas présentée à l’audience.  

 Le jury a reconnu l’Infirmière coupable de la faute professionnelle susmentionnée et a déclaré que sa conduite serait raisonnablement jugée honteuse, déshonorante et peu professionnelle par les membres de la profession. 

L’affaire présente le facteur atténuant suivant : l’Infirmière ne compte pas d’antécédents disciplinaires. Les facteurs aggravants comprennent ce qui suit : la conduite de l’Infirmière constitue un abus de confiance extrême et un abus de pouvoir, ses actes ont été délibérés et trompeurs et ils ont fait état, en outre, d’un mépris grave envers ses obligations professionnelles.

Le jury a constaté que les actes de l’Infirmière constituaient un abus profond de pouvoir et que sa conduite était flagrante et déplorable.  

Le jury a accepté l’exposé sur la peine de l’Ordre et a rendu une décision prévoyant une réprimande verbale et la révocation du certificat d’inscription de l’Infirmière. Le jury a aussi ordonné à l’Infirmière de payer une amende de 5 000 $ au ministre des Finances. L’amende vise à régler l’avantage financier que l’Infirmière a tiré de son abus de pouvoir.   

*Le féminin est employé lorsque l’on ne connaît pas le genre d’une personne ou l’on doit en préserver la confidentialité. 

Page mise à jour le 22 septembre, 2017