www.cno.org | English Imprimer ce numéro 

imensionner 

Élargir la prescription par les IP pour inclure les médicaments réglementés

L’Ordre collabore activement avec le gouvernement de l’Ontario à la rédaction d’un règlement qui autorisera les infirmières praticiennes (IP) à prescrire des substances réglementées.

En décembre, le Conseil examinera l’ébauche du règlement et décidera s’il convient de le diffuser aux infirmières et intervenants aux fins de commentaires.

Étant donné que la prescription de substances réglementées est une activité à risque élevé, la mise en œuvre du règlement doit prévoir des mécanismes pour garantir la sécurité de la population. Ces mécanismes peuvent comprendre des exigences en matière d’études et des obligations professionnelles propres à la prescription de substances réglementées.


Une communication juste de renseignements

Certains renseignements concernant les infirmières ne paraîtront plus au tableau public de l’Ordre, Find a Nurse. L’Ordre a changé les processus qu’il utilise pour certifier que les infirmières qui souffrent d’états ou de troubles physiques ou mentaux exercent la profession de façon sécuritaire.

Nous avons adopté ces changements dans le cadre de nos efforts continus d’améliorer les processus d’aptitude professionnelle et de respecter nos obligations envers nos membres en vertu du Code des droits de la personne de l’Ontario ainsi que notre obligation réglementaire de protéger la population.

Les modifications touchent notamment les renseignements affichés à Find a Nurse qui concernent toutes les infirmières qui ont déjà été visées par le processus d’aptitude professionnelle et toutes celles qui seront visées par ce nouveau processus. L’Ordre continuera à afficher au tableau les limites imposées à l’exercice d’une infirmière, mais publiera seulement les renseignements personnels sur la santé qui sont raisonnablement nécessaires pour protéger l’intérêt public.

La différence la plus notable concerne les renseignements sur une infirmière qui sont affichés à Find a Nurse.

Apprenez-en plus à ce sujet.

Si vous avez la moindre question sur le processus d’aptitude professionnelle, veuillez communiquer avec l’équipe de surveillance de l’Ordre à monitoring@cnomail.org.



Nouveau nom du service de vérification des infirmières

Le service de vérification que l’Ordre offre aux employeurs a été rebaptisé et s’appelle désormais : Contrôle de l’adhésion.
Anciennement appelé le Service automatisé de vérification annuelle de l’adhésion ou le AAVR, le Contrôle de l’adhésion permet aux employeurs et aux exploitants de facilement confirmer le statut d’adhésion des infirmières qu’ils emploient.

Le service indique les infirmières qui sont inscrites et autorisées à exercer la profession et celles dont le certificat a été suspendu, révoqué, ou assorti de limites et conditions. Armés de cette information, les employeurs et exploitants peuvent alors établir les horaires de travail de leur personnel infirmier en toute confiance. En savoir plus sur ce service.



Début de la période de renouvellement de l’adhésion

La période de renouvellement de l’adhésion a commencé le 7 novembre. Les infirmières et infirmiers peuvent maintenant renouveler leur adhésion pour 2017.

Les membres ont jusqu’à minuit (HNE) le samedi 31 décembre 2016 pour renouveler leur adhésion. Après cette date, elles devront payer des frais additionnels.

Utilisez le service Contrôle de l’adhésion pour confirmer qu’une infirmière ou qu’un infirmier a renouvelé son adhésion pour 2017.

haut de page


Protéger les renseignements sur la santé des clients

Les changements apportés à la Loi de 2004 sur la protection des renseignements personnels sur la santé (LPRPS) alourdissent les conséquences d’une violation de la loi. Savez-vous comment utiliser les normes de l’Ordre et la loi pour éviter les violations de la vie privée?

Renseignez-vous en visionnant notre nouvelle émission Web sur la confidentialité et la vie privée (en anglais).

D’une durée de 21 minutes, la présentation audiovisuelle a été réalisée pour sensibiliser les infirmières et les autres intervenants à la grave responsabilité légale qu’ils ont de protéger les renseignements personnels sur la santé.
La présentation comporte deux chapitres :

  • Le premier chapitre présente un aperçu de vos obligations redditionnelles en matière de protection de la vie privée et de la confidentialité des renseignements personnels sur la santé. Il discute également des modifications apportées à la LPRPS, notamment les nouvelles obligations en matière de rapport obligatoire et les conséquences d’une violation de la vie privée.
  • Le deuxième chapitre fait appel à deux études de cas pour vous aider à réfléchir à la façon d’appliquer les notions exposées dans le premier chapitre aux situations susceptibles d’entraîner une violation de la vie privée.

Les violations de la vie privée sont des infractions graves qui minent la confiance entre les infirmières et leurs clients, ainsi que la confiance vouée par la population à la profession d’infirmière. L’Ordre et le gouvernement prennent des mesures juridiques et réglementaires pour protéger la population et tenir les particuliers et les organisations responsables lorsqu’ils commettent des violations de la vie privée.

Visionnez l’émission Web sur la confidentialité et la vie privée. (en anglais)

haut de page


Quatre organismes de réglementation. Deux provinces. Une possibilité exceptionnelle.

L’OIIO collabore avec les organismes de réglementation de la profession infirmière en Colombie-Britannique pour chercher de nouveaux moyens d’harmoniser les programmes et les outils de réglementation.

L’OIIO, le College of Licensed Practical Nurses of B.C., le College of Registered Nurses of B.C., et le College of Registered Psychiatric Nurses of B.C. se sont réunis récemment pour discuter des initiatives qu’ils pourraient entreprendre ensemble, dont des programmes comme l’assurance de la qualité, les évaluations des compétences et l’examen des programmes de formation des infirmières.

Un but à long terme de notre collaboration est de réduire les obstacles afin de favoriser la mobilité des infirmières entre ces deux provinces.

Lisez le communiqué pour en savoir plus.

haut de page


Signer une ordonnance en indiquant « par… »

Q : Je suis IA dans un cabinet d’un médecin de famille. L’autre jour, la docteure Smith m’a demandé de remettre une nouvelle ordonnance à un client en son nom, car elle s’occupait d’un autre client. Elle m’a dit de rédiger l’ordonnance et de la signer de mon nom suivi de « par Dre Smith ». Suis-je autorisée à le faire?    

R : Non, vous n’êtes pas autorisée à signer l’ordonnance de la façon prescrite par le médecin. Même si vous inscrivez « par Dre Smith », le fait de signer l’ordonnance de votre nom signifie que vous avez autorisé l’ordonnance. Or, les IA et IAA n’ont pas cette autorisation.

Étant donné que la docteure Smith était physiquement présente dans le cabinet pour vous donner vos instructions, la pratique la plus sécuritaire serait qu’elle rédige l’ordonnance et qu’elle la signe de son nom. Vous pouvez ensuite remettre l’ordonnance au client ou la transmettre par télécopie à la pharmacie du client en utilisant une ligne de transmission par télécopie protégée.

En outre, l’instruction de la Dre Smith est une prescription verbale, qui ne convient pas à cette situation. Les prescriptions verbales sont permises uniquement en situation d’urgence ou lorsque le prescripteur n’est pas en mesure de consigner la prescription. (Pour obtenir de plus amples renseignements sur les prescriptions verbales, veuillez lire la directive professionnelle Mécanismes d’autorisation.)

Lorsqu’un client a besoin d’une ordonnance et la Dre Smith est absente, celle-ci peut communiquer la prescription au téléphone. Il vous incombe de répéter la prescription à la Dre Smith pour en certifier l’exactitude et ensuite consigner la prescription au dossier du client. Ensuite, vous téléphonez à la pharmacie et parlez directement à la pharmacienne pour lui donner la prescription. N’utilisez pas le courrier vocal pour transmettre la prescription téléphonique. Après avoir communiqué la prescription à la pharmacienne, demandez à celle-ci de répéter la prescription mot pour mot. Consignez les détails de la prescription téléphonique au dossier du client en précisant le nom de la pharmacie, la date et l’heure auxquelles vous avez transmis la prescription téléphonique et le nom de la pharmacienne qui l’a transcrite. Les pharmaciens peuvent vous demander votre nom et numéro de certificat d’inscription à titre d’information.

Pour obtenir de plus amples renseignements, lisez la norme d’exercice La prise de décisions sur les interventions.

haut de page


Suis-je autorisée à distribuer la nalaxone?

Q : La clinique où je travaille stocke maintenant la nalaxone aux fins de distribution aux clients présentant un risque de surdose aux opioïdes. Suis-je autorisée, en tant qu’infirmière, à distribuer la naloxone aux clients?

R : Il est permis aux infirmières de distribuer la naloxone en dehors du contexte hospitalier lorsque cette substance est indiquée pour le traitement d’une surdose aux opioïdes. Dans de telles circonstances, une ordonnance n’est plus nécessaire.

Vous devez vérifier que votre lieu de travail accepte que les infirmières effectuent cette activité et vous étudier toute loi pertinente qui s’applique à votre milieu de travail.

L’Ordre n’oblige pas les infirmières à suivre une formation ou à faire des études particulières pour distribuer la naloxone. Cependant, à l’instar de toute activité, vous devez vous assurer que vous possédez les connaissances, les compétences et le jugement nécessaires pour distribuer cette substance de façon sécuritaire.

haut de page