Sur cette page

Amy Rainville, 13566722

L’Infirmière a reconnu avoir commis une faute professionnelle pour les raisons suivantes :

  • elle n’a pas fait part de décisions thérapeutiques aux médecins de deux patients, comme l’interruption des prescriptions des médecins; et
  • elle n’a pas consigné les soins prodigués à deux patients.

En se basant sur les aveux de l’Infirmière, cette dernière a été reconnue coupable des faits suivants :

  • elle a enfreint une norme d’exercice de la profession ou n’a pas respecté les normes d’exercice de la profession;
  • elle n’a pas conseillé au patient de consulter un autre professionnel de la santé lorsque l’état de santé du patient se situait en dehors de son champ d’exercice ou de ses compétences;
  • elle n'a pas tenu de dossiers; et
  • elle a affiché une conduite influant sur son aptitude à exercer la profession, laquelle eu égard à toutes les circonstances, serait raisonnablement jugée peu professionnelle par les membres de la profession.

De concert avec l’OIIO, l’Infirmière a présenté au sous-comité un exposé conjoint recommandant que le sous-comité rende une ordonnance prévoyant ce qui suit :

  • une réprimande verbale;
  • une suspension de deux mois; et
  • des conditions et restrictions, notamment :
    • assister à deux rencontres avec une experte en soins infirmiers;
    • aviser ses employeurs de la décision pendant 12 mois; et
    • interdiction d’exercer la profession infirmière de manière indépendante pendant 12 mois.

Les facteurs atténuants retenus par le sous-comité comprenaient les suivants :

  • absence de faute morale ou d’intention malveillante; et
  • l’Infirmière a coopéré avec l’OIIO et elle a assumé la responsabilité de ses actes.

Le sous-comité a accepté l’exposé conjoint et a jugé la peine proposée raisonnable et dans l’intérêt public.

 

Page mise à jour le 28 septembre, 2010
Dans ce contenu, le féminin est employé sans préjudice et désigne les hommes aussi bien que les femmes.