Sur cette page

Paul Hirtle, 13553692

L’Infirmier a été reconnu coupable de faute professionnelle pour les raisons suivantes : il s’est conduit de manière inappropriée, et/ou a harcelé sexuellement, deux étudiantes infirmières en faisant des blagues et des commentaires à connotation sexuelle, en regardant fixement les étudiantes de manière embarrassante, en faisant un clin d'œil à une étudiante, en lui passant la main dans le dos et en envoyant un message vocal à connotation sexuelle à une étudiante qui disait, « Tu me manques. Ma femme n’est pas à la maison… », ou en d’autres termes semblables.

L’Infirmier était présent à l’audience et s’est représenté lui-même lors des audiences visant à déterminer les responsabilités et les peines.

Le sous-comité a reconnu l'Infirmier coupable de ce qui suit :

  • il a enfreint une norme d’exercice de la profession ou n’a pas respecté la norme d’exercice de la profession; et
  • il a affiché une conduite influant sur son aptitude à exercer la profession, laquelle eu égard à toutes les circonstances, serait raisonnablement jugée honteuse, déshonorante et peu professionnelle par les membres de la profession.

Le sous-comité a rendu une ordonnance prévoyant ce qui suit :

  • une réprimande verbale;
  • une suspension de 5 mois;
  • des conditions et restrictions, notamment :
    • assister à un minimum de deux rencontres avec une experte en réglementation; et
    • aviser ses employeurs de la décision pendant 18 mois.

Les facteurs aggravants retenus par le sous-comité comprenaient les suivants :

  • l’Infirmier agissait en qualité de superviseur des étudiantes infirmières et il ne s’est pas comporté de manière professionnelle;
  • la conduite de l’Infirmier a duré pendant un certain temps et il a fait preuve d’un comportement inapproprié à l’égard de deux étudiantes infirmières de manière répétée;
  • la conduite de l’Infirmier s’est produite en milieu clinique, en faisant des blagues et des commentaires à connotation sexuelle à deux étudiantes infirmières, d’une façon qui était à la fois humiliante et embarrassante pour ces dernières;
  • l’envoi d’un message vocal à une étudiante infirmière était extrêmement inapproprié, étant donné le rôle de supervision de l’Infirmier, en tant qu’instructeur clinique des étudiantes; et
  • l’Infirmier a fait un usage abusif de sa position de pouvoir sur deux étudiantes infirmières de diverses façons.

Les facteurs atténuants retenus par le sous-comité comprenaient les suivants :

 

  • l'Infirmier n'avait pas d’antécédents disciplinaires auprès de l’Ordre des infirmières et infirmiers de l’Ontario; et
  • l'Infirmier a fourni des preuves de bonne moralité, en rapport avec ses capacités cliniques dans ses fonctions d’infirmier auxiliaire.

L'Infirmier fait actuellement appel des décisions.

Page mise à jour le 27 mai, 2020
Dans ce contenu, le féminin est employé sans préjudice et désigne les hommes aussi bien que les femmes.