Sur cette page

Holly Shier, C03560

L'Infirmière aurait commis une faute professionnelle pour les raisons suivantes : elle n’a pas suivi le programme d’éducation permanente ou de recyclage indiqué; et elle ne s’est pas présentée pour une mise en garde verbale, tel que cela a été ordonné par le Comité des enquêtes, des plaintes et des rapports (CEPR).

L'Infirmière n'a pas assisté à l'audience et n'a pas été représentée par un avocat, donc l'audience a eu lieu en son absence.

Le sous-comité a reconnu l'Infirmière coupable des faits présumés, en particulier les suivants :

  • elle ne s’est pas présentée devant le CEPR pour une mise en garde verbale; et
  • elle a affiché une conduite influant sur son aptitude à exercer la profession, laquelle eu égard à toutes les circonstances serait raisonnablement jugée déshonorante et peu professionnelle par les membres de la profession.

Le sous-comité a rendu une ordonnance prévoyant ce qui suit :

  • une réprimande verbale;
  • une suspension de quatre mois; et
  • des conditions et restrictions, notamment :
    • assister à un minimum de deux rencontres avec une experte en soins infirmiers.

Les facteurs aggravants retenus par le sous-comité comprenaient les suivants :

  • la conduite de l’Infirmière a été jugée grave et intentionnelle;
  • il a été donné de nombreuses occasions à l’Infirmière de se conformer à l’ordonnance;
  • les actes de l’Infirmière ont démontré une indifférence à l’égard de ses obligations professionnelles;
  • cela remet en question la capacité de l’Infirmière à se plier aux règles; et
  • le comportement de l’Infirmière discrédite la capacité d’autoréglementation de la profession.

Les facteurs atténuants retenus par le sous-comité comprenaient les suivants :

  • l'Infirmière n’a pas d’antécédents disciplinaires.

 

Page mise à jour le 19 février, 2020
Dans ce contenu, le féminin est employé sans préjudice et désigne les hommes aussi bien que les femmes.