Sur cette page

Clysen Elisabeth Popo, 9413576

L’Infirmière a reconnu avoir commis une faute professionnelle pour les raisons suivantes : elle ne s’est pas assurée que le patient qui lui avait été assigné reçoive le traitement médical postopératoire approprié. L’Infirmière a admis ne pas avoir évalué ou réalisé des interventions auprès du patient après que sa collègue l’a avisée des interventions entreprises; elle a également admis ne pas avoir effectué un transfert de responsabilité approprié des soins du patient avant de prendre sa pause. L’Infirmière a également admis ne pas avoir correctement surveillé le patient, notamment en inscrivant au dossier des contrôles qu’elle n’avait pas réalisés; elle a également admis ne pas être intervenue de manière appropriée lorsque le patient a été découvert sans signes vitaux.

En se basant sur les aveux de l’Infirmière, le sous-comité a reconnu l'Infirmière coupable de ce qui suit :

  • elle a enfreint une norme d’exercice de la profession ou n’a pas respecté les normes d’exercice de la profession;
  • elle a signé ou émis, sur son lieu de travail, un document dont elle savait ou était censée savoir qu’il contenait de fausses informations ou des déclarations trompeuses; et
  • elle a affiché une conduite influant sur son aptitude à exercer la profession, laquelle eu égard à toutes les circonstances, serait raisonnablement jugée déshonorante et peu professionnelle par les membres de la profession.

De concert avec l’Ordre des infirmières et infirmiers de l’Ontario (OIIO), l’Infirmière a présenté au sous-comité un exposé conjoint sur l'ordonnance recommandant que le sous-comité rende une ordonnance prévoyant ce qui suit :

  • une réprimande verbale;
  • une suspension de trois mois;
  • des conditions et restrictions, notamment :
    • assister à un minimum de deux rencontres avec une experte en réglementation; et
    • aviser ses employeurs de la décision pendant 18 mois.

Les facteurs aggravants retenus par le sous-comité comprenaient les suivants :

  • l’Infirmière a manifesté un grave désintérêt à l’égard de ses obligations de soins envers un patient

Les facteurs atténuants retenus par le sous-comité comprenaient les suivants :

  • l’Infirmière avait une longue carrière « irréprochable » en soins infirmiers; et
  • l’Infirmière a exprimé des remords, elle a coopéré avec l’OIIO et elle a accepté d’assumer la responsabilité de ses actes;

Le sous-comité a accepté l’exposé conjoint et a jugé la peine proposée raisonnable et dans l’intérêt public. 

 

Page mise à jour le 04 septembre, 2020
Dans ce contenu, le féminin est employé sans préjudice et désigne les hommes aussi bien que les femmes.