Sur cette page

Attention : L'escroquerie visant les infirmières aux États-Unis pourrait venir au Canada

Une escroquerie sophistiquée par téléphone, courrier et courriel touche actuellement certaines infirmières aux États-Unis. Les personnes qui se cachent derrière cette escroquerie bien ficelée se font passer pour un organisme de réglementation ou des représentants de l’application de la loi et demandent de l'argent aux infirmières. Bien que les membres de plusieurs organismes de réglementation aux États-Unis aient été ciblés par cette escroquerie, nous n'avons aucune indication qu'elle soit arrivée au Canada. Toutefois, il est possible que des Canadiens soient ciblés à l'avenir et nous voulons vous informer de cette escroquerie, afin que vous puissiez vous protéger.

Cette escroquerie n'est pas liée à la récente cyberattaque dont l’OIIO a été victime.

En quoi consiste l'escroquerie?

Dans l'escroquerie américaine, les fraudeurs contactent des infirmières en se faisant passer pour des organismes de réglementation ou des responsables de l'application de la loi. Ils utilisent la technologie pour dissimuler leur numéro de téléphone et leur adresse électronique, afin que leur correspondance semble provenir d'un véritable organisme de réglementation. Ils reproduisent également le papier à en-tête de l'organisme de réglementation pour envoyer des lettres « d'avis de suspension » fabriquées de toutes pièces aux infirmières.

Les fraudeurs contactent les infirmières pour leur indiquer qu'une plainte a été déposée à leur encontre et qu'une action immédiate est nécessaire pour maintenir leur statut d'inscription. Les fraudeurs prétendent que diverses activités fausses ont pu avoir lieu, comme des allégations selon lesquelles quelqu'un rédigerait des ordonnances au nom de l'infirmière, ou que l'infirmière serait impliquée dans un trafic de drogue. Ils disent à l'infirmière qu'une action de suivi, telle qu’un paiement, est nécessaire si l'infirmière veut maintenir son inscription pendant toute la durée de l’enquête.

Les cas sont frauduleux et toute information ou tout argent fourni(e) va directement aux escrocs.

Protégez-vous

Pour rappel, l’OIIO ne fera jamais ce qui suit :

  • vous demander de payer des frais dans le cadre d'une enquête
  • vous demander de déposer de l'argent sur un compte bancaire personnel
  • vous demander de payer par carte-cadeau ou en bitcoins 
  • vous demander de transférer de l'argent par l'intermédiaire d'un service privé de transfert d’argent
  • utiliser un langage menaçant ou intimidant
  • proposer des offres spéciales pour l'inscription ou pour accélérer une procédure de demande.

Que faire si vous soupçonnez une escroquerie

Si vous recevez un appel téléphonique suspect :

  • raccrochez immédiatement
  • ne fournissez aucune information personnelle, telle que votre numéro d'assurance sociale, votre date de naissance, les détails de votre carte de crédit ou votre adresse personnelle
  • prenez note de tous les détails de l'appel (comme la date, l'heure, ce qui a été dit et le numéro de téléphone d'où semble provenir l'appel)
  • conservez des copies des lettres ou des courriers électroniques suspects que vous pourriez recevoir
  • n'ouvrez aucune pièce jointe et ne cliquez sur aucun lien envoyé par courriel.

Si vous pensez être la cible ou la victime d'une escroquerie, vous devez prendre contact avec :

  • votre service de police local pour déposer un rapport
  • le Centre antifraude du Canada au 1 888 495-8501, ou en visitant le site Web http://www.antifraudcentre-centreantifraude.ca/
  • l’OIIO en composant le 416 928-0900 ou le 1 800 387-5526 (sans frais au Canada), ou en envoyant un courriel à cno@cnomail.org si l’escroquerie semble impliquer l’OIIO

Si vous avez des doutes sur le statut de votre inscription auprès de l’OIIO, vérifiez votre statut d’inscription en recherchant votre dossier dans le tableau public, Find a Nurse. Vous pouvez également nous contacter directement par téléphone ou par écrit.

Autres ressources pour vous aider à vous protéger contre les escroqueries

Page mise à jour le 30 octobre, 2020
Dans ce contenu, le féminin est employé sans préjudice et désigne les hommes aussi bien que les femmes.