Sur cette page

COVID-19 : Ressources d’exercice

Cette page répond à de nombreuses questions que nous avons reçues sur l’exercice infirmier, en rapport avec la maladie à coronavirus COVID-19. Veuillez utiliser la fonction de recherche afin de trouver d’autres informations que vous pourriez trouver pertinentes ou parcourez la section Normes et apprentissage de ce site Web. De plus, l’équipe du service Info-exercice de l’OIIO peut vous aider à répondre aux questions que vous pourriez avoir sur l’exercice de la profession infirmière.

L'Ontario a adopté une approche régionale et maintient la fermeture provinciale dans le cadre de la Loi sur la protection civile et la gestion des situations d’urgence. Les décrets d’urgence en vertu de cette Loi et de la Loi de 2020 sur la réouverture de l’Ontario restent en vigueur.

Les régions passeront des mesures de fermeture à une version révisée du Cadre d’intervention pour la COVID-19 : Garder l’Ontario en sécurité et ouvert.

Voir Le point sur la situation provinciale liée à la COVID-19 pour des mises à jour et des informations récentes.

Mise à jour sur la pandémie de COVID-19 : Qualité des soins et obligations redditionnelles des infirmières

L'OIIO comprend que, plus que jamais, le système de soins de santé et tous les professionnels de la santé vivent des moments difficiles et troublants. Nous comprenons que pour les infirmières ces défis entraînent un degré élevé d'incertitude et de stress, car nous vivons des changements comme nous n'en avons jamais connu auparavant. Vous vous inquiétez peut-être de ne pas pouvoir être à la hauteur des normes d’exercice, en particulier lorsque vous êtes mobilisées pour travailler dans d'autres régions, mais nous tenons à vous rassurer, la qualité des soins est toujours évaluée dans son contexte. La qualité des soins peut évoluer avec la dynamique de la pandémie, sachant que des ressources peuvent être rares ou indisponibles.       

Travailler dans le système de soins de santé pendant une pandémie exige une adaptation et un ajustement continus de l’exercice infirmier. Dans de telles conditions, il sera important de faire des efforts raisonnables pour se conformer à toutes les directives du médecin hygiéniste en chef et aux politiques et procédures du lieu de travail relatives à la gestion de la pandémie de COVID-19. Même si l’OIIO continue de recevoir des plaintes et des rapports durant la pandémie, nous sommes conscients que les infirmières font toujours de leur mieux dans chaque situation et nous évaluerons toutes les informations en tenant compte des conditions dans lesquelles les infirmières travaillent.

L'OIIO continue d'apprécier et de saluer votre engagement et votre dévouement dans cette situation d'urgence. Nous comprenons que vous tenez compte des besoins des patients, de la sécurité publique et que vous faites de votre mieux chaque jour.

 

Il incombe à toutes les infirmières de... 

  • Adopter de manière exemplaire les directives de santé publique qui permettent de préserver la sécurité des patients
  • Intervenir lorsque la sécurité des patients est compromise. Cela comprend d’identifier des stratégies visant à se préparer, minimiser et résoudre des situations où les patients risqueraient de ne plus bénéficier des soins infirmiers dont ils ont besoin. 
  • Exercer conformément aux normes d’exercice et directives professionnelles de l’OIIO durant la pandémie. Toutefois, en cas de contradiction entre les exigences des mesures de réouverture du gouvernement de l’Ontario et celles d’une norme ou directive de l’OIIO, alors le décret du gouvernement prime tant qu'il est en vigueur.
  • Se livrer à un exercice d’autoréflexion et déterminer leurs besoins d’apprentissage et actualiser de manière active leurs connaissances et leurs compétences, dans un souci de maintien de la compétence.

Si vous avez des questions sur vos obligations redditionnelles lors de la prestation de soins à des patients atteints de la COVID-19, veuillez remplir et soumettre notre Formulaire d’accueil du service Info-exercice.

Ressources additionnelles : 

 

La pandémie de COVID-19 est en constante évolution. Ainsi, les infirmières doivent surveiller et s'adapter aux changements dans l'environnement des soins de santé. Les professionnels de la santé réglementés, y compris les infirmières, sont autorisés à fournir des services, conformément aux lois, à la réglementation  et aux directives provinciales.

Les infirmières doivent se demander si l'un des services qu'elles fournissent, ou qui sont fournis dans le cadre de leur exercice, doit être temporairement restreint conformément à la directive provinciale. Si une infirmière fournit des services dans une clinique qui offre des services de soins personnels, elle doit se conformer à toute restriction établie par les gouvernements provinciaux et municipaux[i]. Nous encourageons les infirmières à consulter les lois, la réglementation et les directives provinciales et municipales pour obtenir des informations supplémentaires.

Il est important que toutes les infirmières suivent les directives du ministère de la Santé orsqu'elles déterminent les services infirmiers qu'elles peuvent fournir pour aider à réduire le risque d'exposition à la COVID-19. Sur la base des meilleures données probantes disponibles, interrogez-vous sur ce qui suit :

  • Pouvez-vous fournir le service à distance en toute sécurité (en ligne, par téléphone ou par d'autres moyens virtuels)?
  • Après avoir évalué les risques et les avantages pour le patient relativement à la fourniture de services en personne, est-ce que les avantages l'emportent sur les risques?

Il appartient aux autorités de santé publique de déterminer si un individu enfreint les lois, la réglementation et/ou les directives de santé publique spécifiques liées à la pandémie, durant cette période.



[i] Les infirmières qui administrent des produits cosmétiques injectables doivent toujours réfléchir à leur exercice afin de garantir la sécurité des patients et de prévenir tout préjudice

 

 

La pandémie de COVID-19 est en constante évolution, ce qui nécessite d’apporter de fréquentes modifications réglementaires à la Loi sur la protection civile et la gestion des situations d’urgence.

Vous trouverez ci-dessous les principaux changements qui peuvent avoir un impact sur votre exercice. Travaillez avec votre employeur pour déterminer quels décrets d'urgence peuvent s'appliquer à votre exercice.

Consultez le site Web du ministère de la Santé de l'Ontario pour obtenir une liste complète des arrêtés, directives et autres ressources.

Redéploiement pour les réseaux locaux d'intégration des services de santé et Santé Ontario

Du vendredi 9 avril 2021 au vendredi 23 avril 2021, les réseaux locaux d'intégration des services de santé et Santé Ontario sont autorisés à déployer du personnel pour répondre à la pandémie de COVID-19, la prévenir et l'atténuer.

Cette modification réglementaire appuie le redéploiement dans les hôpitaux des professionnels de la santé et des autres travailleurs qui travaillent actuellement dans les organismes de santé de l'Ontario offrant des services de soins à domicile et en milieu communautaire.

Pour de plus amples renseignements :

Transfert de patients hospitalisés sans consentement

Du vendredi 9 avril 2021 au vendredi 23 avril 2021, les hôpitaux peuvent transférer des patients sans consentement vers d'autres sites hospitaliers (si nécessaire).

Ce règlement octroiera aux hôpitaux une plus grande marge de manœuvre pour transférer des patients vers d'autres sites hospitaliers dans les situations où les ressources de l'hôpital risquent d'être dépassées.

Pour de plus amples renseignements :

 

Exercice infirmier limité à un seul foyer de soins de longue durée ou une seule maison de retraite

Depuis le 22 avril 2020, les infirmières ne peuvent travailler que pour un seul employeur, en foyer de soins de longue durée ou en maison de retraite.

L’objectif de ces décrets est de contenir la propagation du virus et réduire le nombre de foyers de COVID-19 dans les foyers de soins de longue durée et les maisons de retraite.

Les décrets s’appliquent au personnel infirmier des foyers de soins de longue durée et maisons de retraite travaillant dans d’autres foyers de soins de longue durée, maisons de retraite ou établissements de soins de santé. 

Pour de plus amples renseignements :

 

 

 

Le Bureau du coroner en chef (BCC) a mis fin à son processus temporaire pour la gestion de tous les décès survenus dans les établissements de soins de longue durée, durant la pandémie de COVID-19. Par conséquent, le « Managing Resident Death Report (MRDR) » (Rapport de gestion des décès des résidents) a été supprimé et ne doit plus être rempli ni transmis au BCC.

Les infirmières sont invitées à travailler avec leur employeur sur la mise en place de politiques en matière de gestion des décès au sein de leur organisation.

En savoir plus (en anglais seulement)

Pour de plus amples renseignements

Pour toute question que vous pourriez avoir à ce sujet, veuillez contacter le BCC directement :

occteam@ontario.ca
1-833-915-0868 (sans frais)
647-792-0440 (appel local – Toronto)

Liens pertinents

 
  • Pour en savoir plus sur les types d’EPI à utiliser et quand les utiliser, veuillez consulter le tableau en page 5 des recommandations concernant l’utilisation d’équipements de protection individuelle de Santé publique Ontario. Comme les recommandations peuvent changer, consultez régulièrement cette ressource.
  • Évaluez le patient, la situation et l'environnement pour un usage approprié de l’EPI : des précautions particulières doivent être prises en fonction de la situation propre à chaque patient. 
  • Tenez compte du risque de transmission dans les différentes zones de votre environnement (par exemple, les zones réservées au personnel, ainsi que les zones de soins aux patients)
  • Le gouvernement de l’Ontario a décrit les mesures que les travailleurs de la santé et les employeurs peuvent prendre pour assurer un approvisionnement et une utilisation adéquats des EPI. Pour de plus amples renseignements, voir la Directive no 5 et la Directive no 5 : Foire aux questions
 

La principale obligation redditionnelle des infirmières est envers les patients. Au moment de décider si vous allez prodiguer des soins dans une situation particulière, laissez-vous guider par votre jugement professionnel et suivez un processus de prise de décision fondé sur l’éthique.

Nous reconnaissons que l'on demande aux infirmières d'en faire plus, y compris de faire des heures supplémentaires, de couvrir des quarts de travail supplémentaires et de travailler dans de nouveaux milieux d’exercice, peut-être en dehors de la zone de confort de l'infirmière. Les infirmières peuvent s'inquiéter du fait que refuser de travailler pourrait être considéré comme un abandon de poste.

Tout d'abord, il est important de se rappeler comment l'OIIO définit l'abandon.

Il y a abandon lorsqu'une infirmière a accepté une mission et interrompt les soins :

  • sans que le patient demande l'arrêt des soins;
  • sans organiser des services alternatifs ou de remplacement appropriés; ou
  • sans permettre une possibilité raisonnable de fournir des services alternatifs ou de remplacement.

Au moment de décider d’accepter ou de refuser une affectation ou d’interrompre des services infirmiers, vous devez :

  1. Évaluer le risque potentiel pour vous et vos patients, en fonction des circonstances et de votre milieu d’exercice. Continuez à travailler dans le cadre de vos connaissances, de vos compétences et de votre jugement. Cela comprend de réaliser une évaluation des risques sur le lieu des soins et de faire part de toute préoccupation que vous pourriez avoir concernant votre propre santé.
  2. Utiliser diverses sources basées sur des données probantes afin d’éclairer votre prise de décision, ainsi que prendre en compte le contexte de la situation.
  3. Faire part de vos préoccupations à votre employeur. Vous devez informer votre employeur de la possibilité que vous refusiez une affectation, en lui expliquant pourquoi, puis vous devez tenir compte de la réponse de votre employeur. Si, après l’avoir fait, vous décidez de refuser l’affectation, assurez-vous alors qu’un autre soignant est disponible ou accordez un délai raisonnable pour permettre la mise en place de services alternatifs ou vous trouver une remplaçante.
  4. Documenter votre processus de prise de décision, vos initiatives et votre décision.
  5. Reconnaître qu'en raison de la pression exercée sur le système de soins de santé, on demande aux prestataires de soins de santé, y compris les infirmières, de faire preuve de souplesse et d’adaptabilité, comme jamais auparavant.
 
  • En qualité d’infirmière, vous devez vous assurer d’avoir les connaissances, les compétences et le jugement, ainsi que l’autorisation nécessaires avant d’exécuter toute activité ou intervention.
  • Si vous êtes affectée dans un domaine d’activité qui ne vous est pas familier alors :
    • Exécutez des activités pour lesquelles vous êtes compétente.
    • Trouvez des façons de combler vos besoins d’apprentissage propres au nouveau milieu d’exercice.
    • Cherchez à clarifier les rôles et discutez de vos compétences et responsabilités attendues avec votre employeur.
    • Demandez conseil, collaborez et appuyez équipe soignante afin de favoriser des soins sécuritaires pour les patients et travaillez avec d’autres spécialistes en soins de santé afin d’améliorer les soins des patients.

Liens pertinents :

 

Durant cette période difficile, tous les membres du personnel infirmier sont plus que jamais sollicités. C’est pour cela, que vous ne devez pas oublier que votre santé et votre bien-être restent une priorité. Nous savons que c'est plus facile à dire qu'à faire lorsqu’on doit faire face à un rythme de travail effréné. Les ressources suivantes offrent du soutien en santé mentale :

 

Délivrance de certificats médicaux de décès par les IP

Depuis le 26 février 2021, le ministère des Services gouvernementaux et des Services aux consommateurs a étendu l'utilisation du certificat médical de décès électronique pour inclure les médecins et les IP fournissant des soins palliatifs en dehors d'un cadre hospitalier (par exemple, le lieu de résidence du patient, un hospice, une maison de soins de longue durée).

Ce n'est pas obligatoire, mais les IP et les médecins ont la possibilité d'utiliser le certificat médical de décès électronique pour remplir, certifier et soumettre le formulaire de manière électronique et sécurisée directement au funérarium.

Pour plus d'informations, consultez la circulaire administrative du Ministère. Pour obtenir des instructions sur l'utilisation du certificat médical de décès électronique, envoyez un courriel à MCOD.support@ontario.ca.

 Avant de signer un Certificat médical de décès, vous devez lire et suivre les instructions du Manuel sur le Certificat médical de décès. Les attentes décrites dans le manuel sont applicables en toutes circonstances, dont les décès survenus dans les hôpitaux.

Envoi d’ordonnances aux pharmaciens par courriel

  • Généralement, l’envoi d’ordonnances par courriels non sécurisés, messages textes ou autres plateformes numériques n’est pas acceptable.
  • Lorsque cela est possible, les IP doivent utiliser des moyens de transmission, comme par téléphone, télécopieur ou systèmes de prescription informatisée sécurisés.
  • Si les méthodes de communication énoncées ci-dessus ne sont pas disponibles, travaillez avec le pharmacien afin d’identifier la meilleure façon de répondre aux besoins des patients, lesquels peuvent comprendre la transmission des ordonnances par courriels non sécurisés. Le pharmacien doit garantir la validité de toute ordonnance. L’envoi par courriel non sécurisé n’est pas envisageable pour les médicaments visés dans le Règlement sur les stupéfiants. Pour en savoir plus, veuillez lire les informations de l'Ordre des pharmaciens de l'Ontario (en anglais seulement) et de l’Ordre des médecins et chirurgiens de l'Ontario (en anglais seulement). 
  • Travaillez avec vos patients pour pouvoir répondre à leurs besoins et obtenir leur consentement éclairé avant d’utiliser les courriels non sécurisés pour transmettre une ordonnance. Si le patient consent à l’envoi de l’ordonnance par courriel non sécurisé, assurez-vous alors de n’envoyer l’ordonnance qu’à la pharmacie choisie par le patient. Pour des directives, vous pouvez lire la feuille-info du Commissaire à l’information et à la protection de la vie privée de l’Ontario La communication de renseignements personnels sur la santé par courriel

Travailler avec des patients ayant une consommation problématique de substances et COVID-19

Exemptions de Santé Canada pour la prescription de substances contrôlées

  • Dans le cadre de ses initiatives visant à lutter contre la propagation de la COVID-19, Santé Canada émet des exemptions pour des ordonnances de substances contrôlées en vertu de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances.
  • Les IP peuvent désormais transmettre des ordres oralement (par exemple par téléphone) afin de prolonger ou renouveler une ordonnance pour un patient qu’elles traitent. 

Liens pertinents :

Avis de falsification d'ordonnances

  • Le ministère de la Santé a apporté des changements à la déclaration des ordonnances falsifiées durant la pandémie de COVID-19.
  • Si un pharmacien suspecte une falsification, il demandera au prescripteur d’en aviser la Direction de la mise en œuvre des programmes de médicaments du Ministère par courriel, plutôt que par télécopieur. Sinon, les responsabilités des prescripteurs restent inchangées.
 

Les infirmières qui prodiguent des télésoins sont tenues de :

  • Adhérer aux principes décrits dans la directive professionnelle Télésoins.
  • Expliquer clairement et en détail aux patients en quoi consistent les soins, ce qui comprend d’expliquer les limites de tout soin prodigué en télésoins. Les soins virtuels ne remplacent pas des soins prodigués dans un service d’urgence, si des soins d’urgence sont nécessaires.
  • Travailler avec les employeurs et l’ensemble de l’équipe soignante afin d’identifier des stratégies qui permettraient de minimiser les risques liés à la prestation de soins virtuels et identifier la meilleure façon de répondre aux besoins des patients.
  • Communiquer des renseignements personnels sur la santé par des moyens de communication appropriés, comme par téléphone. Les plateformes numériques non sécurisées, les courriels et les messages textes ne sont généralement pas des façons acceptables de communiquer des renseignements personnels sur la santé. 

Durant la pandémie, les infirmières peuvent utiliser de nouvelles technologies pour favoriser la prestation de soins aux patients et devraient :

  • continuer d’avoir recours à leur jugement professionnel lors de la prestation de soins virtuels
  • informer leurs patients qu’une méthode de communication particulière peut ne pas être sûre (comme les technologies de vidéoconférence, l’utilisation d’adresses de courriel personnelles)
  • obtenir le consentement du patient avant de procéder aux soins.

Pour des directives, vous pouvez lire la feuille-info du Commissaire à l’information et à la protection de la vie privée de l’Ontario La communication de renseignements personnels sur la santé par courriel.

Page mise à jour le 21 mai, 2021
Dans ce contenu, le féminin est employé sans préjudice et désigne les hommes aussi bien que les femmes.